dimanche 24 novembre 2013

Prostitution : Pourquoi et comment j'ai viré anti-abolitionnisme


_ Les commentaires de ce blog sont toujours fermés. Blogger ne permet pas de les fermer, mais seulement de restreindre leur accès à une seule personne (soit moi même en fait), c'est donc pourquoi si vous essayez de poster, un message vous indiquera que "seuls les membres autorisés peuvent poster". Si vous souhaitez réagir à cet article, vous pouvez le faire via Twitter, Facebook, par mail...
_ Cet article n'a pas vocation à présenter une critique GLOBALE des différents courants idéologiques relatifs à la prostitution, il se centre sur l'abolitionnisme. Le fait que je critique et mette en perspective diverses choses problématiques à son sujet ne signifie pas que les autres courants soient absolument épargnés de toute critique ou de toute chose problématique.

**************************************************
Lorsque j'ai commencé à me prostituer il y a maintenant trois ans, je ne me suis pas du tout impliquée dans le versant politique de mon activité. Durant les dix huit premiers mois, je me suis fait plein de copines putes, des meufs avec lesquelles on discutait d'un tas de trucs, et surtout du boulot bien sûr. Mais finalement, il n'était jamais question de parler luttes pour nos droits, politique, et ce genre de choses. Certaines racontaient leurs embrouilles avec des flics, on se signalait les tentatives de chantage (par mail ou IRL) du genre "Si vous ne m'offrez pas un RDV gratuit je vous signale à la police", on se parlait des harcèlements policiers (vécus ou rapportés), des inquiétudes à l'égard de nos copains, on se racontait des anecdotes sur les hôtels desquels on avait été virées, ou au contraire dans lesquels il était possible de travailler ""sereinement"" etc. mais sans que cela ne débouche finalement sur un discours plus engagé. Il y avait simplement un consensus autour de l'abrogation du délit de racolage, mais c'était quelque chose qui "allait de soi", qui ne nécessitait pas de développement poussé : cette loi impactait directement nos vies de façons diversement dangereuses, son abrogation nous apparaissait légitime, urgente et vitale, point.

En fait, lorsque l'on fait partie d'un groupe social marginalisé, on se sent exclu de la politique. On a l'impression qu'elle ne s'intéresse pas à nous, et qu'on n'a rien à attendre d'elle. Et si en plus de ça, ce même groupe social est criminalisé, alors la démarche d'aller se saisir de la politique soi même puisqu'elle ne vient pas à nous devient tout sauf naturelle. Par ailleurs, on se sent illégitime, on autocensure presque automatiquement les éventuelles revendications que l'on pourrait avoir, tout simplement parce qu'on a l'impression de ne pas y avoir le droit.
Ces fait expliquent en partie (et en partie seulement) que le groupe social des personnes prostitué(e)s soit difficile à mobiliser ou à fédérer autour d'une tradition militante. (Pour approfondir la question, voir entre autre Mobilisation de prostituées par Lilian Mathieu)

C'est après environ un an et demi dans mon expérience de la prostitution que j'ai commencé à me mobiliser un peu plus politiquement à propos de ma condition de pute. Au départ, je me suis intéressée au féminisme. J'ai alors découvert le féminisme intersectionnel, qui m'a beaucoup plu car il évitait tous les écueils du féminisme Français traditionnel et dominant que je trouvais rebutants.
Et bien sûr, dès lors que j'ai commencé à m'impliquer plus profondément dans le féminisme, j'ai découvert combien la question "prostitution" y était clivante et centrale.
C'était d'ailleurs un peu particulier de découvrir tous ces débats qui, par certains aspects, étaient si loin de ce que mes copines et moi pouvions vivre et partager, et ce alors même que nous étions au coeur du sujet.

J'ai très vite compris une chose : Mon année et demi de prostitution ne me donnait pas un doctorat en putologie. Ce que ça me donnait, c'était un point de vue, un moyen de mettre en résonance ce qui pouvait se dire ça et là avec ce que je voyais/vivais. Mais il y avait aussi un tas de choses relatives au sujet à propos desquelles je n'avais jamais réfléchi plus que ça, bien qu'étant directement concernée.
Je me suis alors donnée une "règle" : Ne rien trancher tant que je n'aurais pas étudié plus profondément le sujet, ses terrains que je ne pratiquais pas ou peu et les divers courants politiques qui s'y rattachaient.
Car très vite, j'ai -comme tous ceux qui s'aventurent dans les tréfonds des débats sur la prostitution- été tiraillée de tous les cotés entre les abolitionnistes, les réglementaristes, le STRASS, les prohibitionnistes, les prohibo- abolitionnistes, les putophobes, les perdus etc etc.

Ce à quoi s'expose l'être humain lambda qui souhaite appréhender la problématique de la prostitution dans une relative globalité. Tous les jours. Pendant plusieurs mois. Ou plusieurs années même. /// source : égalitariste tumblr


Finalement, après quelques mois à lire un tas de trucs, à apprendre, à réfléchir, à tatillonner ça et là, j'ai fini par décider de prendre moi aussi une petite place dans le débat. Je n'avais toujours pas tranché mes positions, mais j'ai eu envie d'apporter ce que j'avais à apporter simplement, à savoir mon point de vue de pute active, ni plus ni moins. C'est à ce moment là que j'ai ouvert mon blog "Mélange Instable".
J'ai tout de suite était claire sur mon positionnement : Je ne le connaissais pas encore moi même. J'étais "en recherche".
Et depuis maintenant un an que j'ai ouvert ce blog, j'ai partagé mes doutes, mes interrogations et mes fluctuations avec les autres en toute transparence.

A présent, du temps est passé. J'ai lu, beaucoup, j'ai appris, énormément, j'ai changé d'avis, plein de fois, j'ai fait des rencontres, pas mal, j'ai dû résisté face aux tentatives d' instrumentalisation ou de bourrage de crâne de parts et d'autres, j'ai cherché un tas de trucs, j'en ai vérifié un tas d'autres, j'ai tout recroisé avec mon vécu, celui des copines, et finalement aujourd'hui hé bien...
... Je ne prêche toujours pour aucune paroisse précise. (En fait, je suis ce qu'on pourrait autrement appeler, une grosse planquée)
Etudier la prostitution, c'est mettre la main dans un complexe bourré de contradictions, de tiraillements, c'est sans arrêt tomber sur un document qui retourne toutes nos certitudes à la seconde où on vient de les consolider, tant et si bien que plus on en apprend, plus on a du mal à trancher.
En revanche, si il m'est encore difficile de savoir vers quoi je tends précisément, je peux à présent clairement affirmer ce vers quoi je ne tends surtout pas/plus du tout, ce qui ma foi n'est déjà pas mal.
En l'occurrence, je parle de l'abolitionnisme. L'abolitionnisme tel qu'il est mis en pratique à l'heure actuelle j'entends (c'est ce que considérerait le droit), qui d'ailleurs, devrait plutôt être qualifié de "prohibo-abolitionnisme".


Cette fois ci c'est pas de la déconnade, je PRENDS POSITION, WOUAHOU! /// source égalitariste tumblr


Ha! L'abolitionnisme.
Je me souviens, quand j'ai découvert ce que c'était, je mettais un point d'honneur à me référer à la définition sur le papier : "S'agissant de la législation de la prostitution, l'abolitionnisme est un courant de pensée visant à l'abolition de toutes formes de réglementation concernant la prostitution. L'abolitionnisme, considérant les personnes prostituées comme victimes d'un système qui les exploite, et refuse toute forme de pénalisation de celles-ci. En cela il s'oppose au prohibitionnisme" (source Wikipédia)
Il y avait tou(te)s ces représentant(e)s/militant(e)s du courant qui étaient juste hyper problématiques, mais je m'acharnais à défendre l'idée que ces gens là, même s'ils se revendiquaient abolitionnistes, ne l'étaient manifestement pas vraiment compte tenu du décalage énorme entre leurs propos/postures et les bases théoriques du courant. 
Seulement, j'ai bien dû finir par admettre que ces mêmes représentant(e)s et militant(e)s problématiques incarnaient la mise en pratique concrète de l'abolitionnisme d'aujourd'hui, et qu'aussi en décalage pouvaient ils être avec les revendications originelles du mouvement, c'était eux qui le dominaient avec le soutien actif ou passif de nombreux autres militant(e)s derrière. 
Mon entêtement à vouloir absolument m'accrocher à la définition théorique du courant en dépit de nombreuses démonstrations du fait que ce n'était pas ce qui était couramment pratiqué par l'écrasante majorité (et j'utilise cette expression par pur souci de précaution, mais en réalité je ne saurais cité un contre exemple) des associations et collectifs abolitionnistes à l'heure actuelle m'a rendue beaucoup trop complaisante et aveuglée pendant une longue période, et c'est quelque chose que je regrette beaucoup. 

Enfin en réalité, il existe tout de même bel et bien des abolitionnistes "pur jus" raccords avec la définition théorique, mais ils sont en fait très peu. Ou plutôt, non, il y en a  sûrement pas mal, j'en ai croisé et j'en croise beaucoup, mais ce sont la plupart du temps des gens qui ne s'impliquent pas vraiment dans les débats, qui les suivent de loin, ne se prononcent pas, enfin seulement pour venir préciser "Je suis abolitionniste mais je n'adhère pas du tout à ça, ça, ça, ça, ça, ça, ça, ça, et ça" régulièrement, lorsque les propos insultants/absurdes/putophobes/humiliants/méprisants/etc (rayez la ou les mentions inutiles) ou les méthodes pourries/dangereuses/vicieuses/etc. de leurs représentant(e)s se retrouvent pointés du doigts. En fait, ils sont toujours là pour se défendre de cautionner les horreurs de leur chef(e)s de file, mais pas trop fort quand même, et de là à déployer des moyens et de l'énergie pour s'y opposer, faudrait voir à pas trop pousser non plus. 
L'apogée de la chose ayant été atteinte au moment où j'ai tiré la sonnette d'alarme pour alerter les communautés militantes des comportements très problématiques et dangereux d'une des représentantes abolitionniste les plus active du net, à savoir entre autres, des faits de menaces, des outting, des affirmations toxico-putophobes revendiquées, des mises en danger, etc. à l'encontre de travailleu(se)rs du sexe dont j'ai moi même fait partie. 
Lors de la sortie de ce billet, le silence du coté abolitionniste a tout simplement été assourdissant, à quelques exceptions près. (Je tiens à le souligner vraiment, d'autant plus qu'un déploiement incroyable de moyens et d'énergie s'est opéré sur bon nombre de ceux qui ont eu l'outrecuidance de relayer mon article à ce moment là, et les quelques exceptions en question n'ont pas été épargnées par la shitstorm, elles auraient donc vraiment pu facilement céder au règne de "je-sais-pas-j'ai-rien-vu-j'étais-pas-là-et-puis-est-ce-que-dans-le-fond-elles-ont-pas-cherché-un-peu-quand-même" pour éviter les emmerdements... Bref, MERCI à elles et eux, ils et elles sauront se reconnaître ;) )  

Enfin bon, ces éléments se raccordent aux sphères militantes, et ce ne sont évidemment pas des éléments suffisants pour se positionner. Je tenais ici simplement à relater et résumer une partie de mon parcours personnel pour contextualiser un peu les choses. (Comme si c'était un truc intéressant, oui voila, tout à fait. Je ne passe plus les portes depuis un moment je vous le confirme)
Et en l'occurrence, ce ne sont pas ces faits qui ont été décisifs dans mon évolution vers l'anti abolitionnisme. Bien sûr, ils y ont grandement contribué, en particulier car sous leurs airs de vulgaires querelles personnelles, ils sont surtout l'expression d'un problème de fond bien plus grave, à savoir le mépris du rapport de force/domination qui existe entre la prise de parole et la position d'un(e) militant(e) non concerné(e) directement par la prostitution et la prise de parole et la position d'une pute. 
Mais ce qui m'a vraiment dirigée vers ma posture actuelle, ce sont beaucoup de lectures et d'analyses de divers documents, arguments, productions, rhétoriques, etc. rangés dans tous les courants idéologiques possibles, et qui à terme m'ont permis de dégager plusieurs éléments centraux vraiment problématiques dans le discours abolitionniste, jusqu'à jouer un rôle décisif dans mon inclinaison contre lui. En voici un concentré :

_ Ce groupe minorisé parce qu'il dérange, mais qui domine dans les sphères institutionnelles, médiatiques et militantes...

L' abolitionnisme est décrit par ses représentant(e)s et ses adeptes comme une position subversive qui irait à l'encontre du patriarcat et qui serait donc révolutionnaire. 
Ainsi les entend t-on régulièrement expliquer qu'ils seraient minorisés dans les médias (dans lesquels ils trouvent toutes sortes d'espaces pour dire qu'on ne les laisse rien dire, donc...) parce qu'ils dérangeraient profondément les structures de notre société. Ce serait également pour cette seule et même raison qu'ils essuieraient de vives critiques.
Mais dans le même temps, il n'est pas rare d'entendre aussi les abolitionnistes revendiquer être majoritaires, entre autre parce qu'ils seraient aujourd'hui porteurs de la seule posture "évidente" et de "bon sens" relative à la prostitution. 
Bon. 
Dans les faits, la situation est la suivante :
_ Le gouvernement est prohibo- abolitionniste depuis plusieurs dizaines d'années. 
_ Les prohibo-abolitionnistes ont de très nombreux espaces d'expression dans les médias. On trouve des dizaines et des dizaines d'articles et de tribunes signés par eux, il y a toujours au moins un de leurs représentants dans les débats audio-visuels, et surtout, ils disposent de nombreux moyens de visibilité et de mobilisation puisqu'ils sont à la tête des associations féministes dominantes de France et qu'ils sont majoritaires au sein du gouvernement ... (Plutôt que de multiplier les liens éparses, je vous invite plutôt à en juger par vous même en portant un intérêt particulier à la question pendant une quinzaine de jours par exemple, en observant à qui la parole est donnée, comment elle est présentée, comment elle est relayée etc. Egalement, vous pouvez chercher "prostitution" et "abolition" sur les principaux sites d'infos, par exemple). Précision : Les faits que je présente ici n'ont pas vocation à démontrer que les abolitionnistes sont largement relayés et représentés dans les médias contrairement à d' autres mouvements. On trouve des représentants abolitionnistes dans tous les débats audio visuels, mais on trouve aussi toujours des représentants réglementaristes, et parfois des représentants du STRASS (par contre très rarement des prohibitionnistes pur jus, mais en fait, ils trouvent relativement leur place quand même en avançant masqués...). Je pose simplement les faits, qui sont loin de correspondre à une sous représentation ou une minorisation médiatique. 
_ Les associations féministes Françaises dominantes (Osez le féminisme!, Les Chiennes de garde, Effrontées etc etc.) sont prohibo-abolitionnistes.
_ Les principaux arguments et les principales interprétations des chiffres faites par les prohibo- abolitionnistes sont validés dans les sphères médiatico-institutionnelles pour servir de base aux débats, et une partie d'entre eux ont pleinement intégré l'opinion. (L'exemple le plus flagrant étant l'assimilation totale de l'amalgame entre prostitution et l'esclavage sexuel, qui sont pourtant deux problématiques aux facettes distinctes) Par ailleurs, les prohibo-abolitionnistes publient régulièrement des campagnes (puisqu'ils disposent de moyens importants -et pas seulement financiers- pour pouvoir le faire) qui ont pour effet de poser les débats selon LEURS termes et LEURS définitions. Les discussions se trouvent alors forcément biaisées et confisquées. Par exemple, très concrètement, un débat TV qui aura pour titre "Doit- on abolir la prostitution", c'est en fait juste un boulevard offert aux abolitionnistes pour développer leur argumentaire, qui finalement n'a pas tellement de rapport avec les revendications ou propos que souhaiteraient pouvoir développer les TDS. 

Alors quoi?
Sommes nous face à un groupe tellement dérangeant qu'on ne lui laisse pas le moindre espace de parole et qu'on lui opère toutes sortes de résistances, ou bien sommes nous face à un groupe qui domine les sphères médiatico-institutionnelles?
De mon point de vue, je dirais que l'abolitionnisme doit partager l'espace médiatique avec divers contradicteurs, et ce dans des proportions globalement égales.
Dans ce contexte, les enjeux de pouvoirs et de dominations se déterminent à travers les moyens à disposition des différents partis pour pouvoir imposer leurs termes dans les débats, cultiver une certaine visibilité, jouir d'un important relais, profiter d'une (re)présentation plus ou moins créditée, etc. Et par contre, sur ces axes là, l'abolitionnisme est très clairement dominant. 
Entre notamment en compte dans cette position et son maintien la très forte dominante abolitionniste au sein du gouvernement et des instances féministes validées et créditées par celui ci.
Soit au final une position tout de même largement favorable et privilégiée. 

_ Les fameux 80%

Attention, nous voici à présent au coeur du gros sujet qui fâche.
Un des arguments abolitionnistes le plus répété, intégré, et utilisé, c'est ce fameux "En France, 80% des personnes prostitué(e)s sont victimes de la traite et des réseaux criminels" voir ici  ou ici par exemple, voir aussi les commentaires de sites d'infos dans lesquels on voit un tas de gens déblatérer ce chiffre à force de le lire et de l'entendre, et de la même façon que je le conseillais plus haut, la meilleure manière de prendre acte de la chose reste encore de porter une attention particulière aux publications diverses sur le sujet pendant un temps donné.(pas forcément trois siècles, une dizaine de jours à suivre "prostitution" sur google actu par exemple peut déjà donner un certain aperçu)
La source indiquée est souvent celle du rapport d'information de monsieur Guy Geoffroy, député UMP prohibo-abolitionniste, ou bien les rapports sur lequel se base le chiffre du rapport Guy Geoffroy. (A mes souhaits merci)
Cette donnée est répétée à foison et sert de base dans l'écrasante majorité des articles, débats, titres, émissions etc. relatifs à la prostitution.
Par exemple, un débat va être lancé par "On sait qu'aujourd'hui en France, 80% des personnes prostitué(e)s sont victimes des réseaux criminels" ou "A l'heure où 80% des personnes prostitué(e)s sont victimes des réseaux criminels, certaines voix dissonantes revendiquant une prostitution libre et choisie se font entendre" (=> Et vlan, voila comment, posées dans ces termes, les revendications des TDS se retrouvent réduites à "je suis libre, j'ai choisi, c'est trop le kiffe allez tous vous faire foutre!")
Le problème, c'est que cette donnée est en fait l'interprétation que l'on a faite d'un autre chiffre, à savoir, celui du taux de personnes prostitué(e)s étrangères.

Explication : la donnée de départ, c'est "80% des personnes prostitué(e)s en France sont étrangères". Et par une interprétation pour le moins hâtive, il a donc été déduit que 80% des personnes prostitué(e)s étaient victimes de la traite et des réseaux criminels. 
A partir de là, autour de ce chiffre, c'est le règne de la grande brasse et de la confusion. Mais alors, vraiment. Parfois on passe à 90%, parfois la donnée est citée dans sa version originale, parfois elle est citée dans sa version (mal) interprétée, enfin bref, c'est le bordel. (sans mauvais jeu de mot, merci)

Ce que dit exactement le rapport Guy Geoffroy => En France, 74% (et non 80% d'ailleurs) des personnes prostitué(e)s sont étrangères. Parmi la totalité des personnes prostitué(e)s étrangères, 80% seraient victimes de la traite et des réseaux criminels. Les personnes prostitué(e)s Françaises ne seraient visiblement pas concernées par l'exploitation via réseaux criminels étrangers, en tous cas le rapport ne cite aucune donnée sur cette question et entend que seules les personnes étrangères sont touchées par le problème. Il y aurait donc 80% des 74% des prostitué(e)s étrangères qui seraient concernées par l'exploitation via réseaux criminels et/ou par la traite, soit 60% des personnes prostitué(e)s EN TOUT victimes d'exploitation via réseaux criminels et/ou de la traite. (Désolée mais j'ai beaucoup du mal avec les maths donc en fait c'est pas du tout clair mon explication)
60% de prostitué(e)s victimes de la traite, c'est vraiment beaucoup, c'est un problème qui devrait être pris en charge de toute urgence et avec les moyens qu'il faut, quels qu'ils soient. Mais 60% des prostitué(e)s victimes de la traite, ça en sont aussi 40% dans d'autres situations. Quand même.
Et tenant compte des nombreux biais d'obtention des chiffres cités dans le rapport (=> Ils ne concernent que la prostitution de rue, autant dire qu'à l'heure actuelle, cela revient vraiment à laisser de coté une immense partie du terrain, et de plus, ce sont des chiffres de sources policières, il n'est donc pas totalement fantaisiste de penser que la très forte proportion de personnes étrangères dans le résultat final n'est pas sans rapport avec ça, la police ayant certainement eu beaucoup plus tendance à arrêter et contrôler des personnes étrangères et/ou non blanches...), d'importantes précautions sont à prendre dans leur considération. On peut, je pense, facilement imaginer qu'une telle étude basée sur les terrains internet+rue aurait d'une part rendu une proportion de personnes étrangères plus faible (peut être pas à l'excès non plus, mais un petit peu quand même), et d'une autre rendu un taux de personnes victimes de la traite et des réseaux criminels moins important.

Ce que j'en pense en me basant sur ce que je vis et vois sur mon terrain : Moi même, j'ai avalé et répété cette version des "80% des prostitué(e)s sont victimes des réseaux criminels" pendant longtemps. On peut même la retrouver dans certains articles de mon blog. Il faut dire que c'est une donnée affirmée vraiment partout, que ce soit par des politiques, dans les médias ou dans un grand nombre de recherches universitaires par exemple. (Cela fait encore une fois écho à ce que j'expliquais ci dessus à propos de la dominante abolitionniste des médias et institutions, jusqu'à l'assimilation de certaines interprétations de leurs données/arguments par l'opinion publique)
Parallèlement à ça, la toxipute que je suis vit souvent ce truc un peu particulier, qui est de lire et d'entendre des choses à propos des groupes sociaux auxquels j'appartiens tout en n'y reconnaissant ni moi, ni mon entourage, ni mon univers. Souvent, j'en conclu que je dois vivre dans une bulle où tout est différent. Que par je ne sais quel hasard, bah moi de mon coté c'est pas comme ça, parce que ceci (genre parce que je suis grosse alors c'est pas pareil, ou parce que je suis peut être un peu atypique -oui, c'est un peu gros délit de narcissisme, mais je ne trouve parfois pas d'autres explications plausibles-) ou parce que cela... Et puis la bébé sociologue que je suis a également bien conscience du fait qu'une étude n'a pas pour but de faire ressortir des individualités, et qu'affirmer "totalement bidon cette étude je ne me suis pas du tout reconnu dedans", c'est un peu le niveau zéro de la réflexion sociologique.
Du coup, j'ai vraiment mis longtemps avant d'être capable de remettre ces chiffres en question et de m'ouvrir aux versions alternatives. Et ce même si cette donnée n'a en fait jamais correspondu ni à ce que j'entendais, ni à ce que je voyais depuis que j'étais entrée en prostitution. 
Je ne saurais pas vraiment dire comment, pourquoi, à quel moment j'ai trouvé les ressources pour dépasser mon mutisme. Je crois que c'est en lisant beaucoup de choses, petit à petit, d'une part, et surtout, en inversant les situations dans le raisonnement qui structurait mon point de vue sur ce que je vivais d'une autre. Quand j'ai su être capable de me demander : "Et si seulement il était possible, je dis bien possible, qu'en fait, ils n'aient pas totalement raison, voire complètement tort? Et si entre le terrain et les rapports d'études, il y avait bel et bien un immense décalage? Et si une si grossière validation de ces erreurs n'était finalement pas si improbable? Après tout, les milieux criminalisés sont hyper difficiles d'accès, alors pourquoi celui ci échapperait à la règle? " Simplement en fait : "Et si mon expérience pour mettre tout ça en perspective valait quelque chose?"
Oui, vraiment, tout cela semblait tout de même plus crédible qu'une bulle intersidérale au sein de laquelle j'évoluerais en tant que cas particulier ultra particulier. Et je crois qu'à partir du moment où j'ai été capable de penser de cette façon, j'ai laissé un gros, très gros paquet de putophobie intériorisée derrière moi. Car finalement, cette façon de sans cesse invalider MON point de vue, MA réflexion, MON vécu devant les sacro saintes déclarations des dominants, ce n'était rien d'autre...

Alors mon terrain, c'est quoi? C'est internet pour racoler et former un réseau de copines, et ce sont les hôtels (ceux très fréquentés par les putes en général, en même temps certains sont disons plus accueillants, ou en tous cas moins prompt à nous virer en pleine nuit, que d'autres. Et puis il y a aussi d'autres critères qui font de certains hôtels des lieux de travail plus prisés par les prostitué(e)s que d'autres, mais là je ne vais pas développer pour des raisons de sécurité. Précision utile : La façon de travailler en hôtel correspond assez souvent au concept de "travel tour", c'est à dire que le ou la prostitué(e) propose ses dates de présence dans telle ville et qu'elle reçoit ses clients dans son hôtel pendant une durée déterminée, qui peut aller de quelques jours à plusieurs semaines.) pour travailler et croiser d'autres putes IRL. Il m'arrive aussi de me déplacer directement chez mes clients ou de faire des sorties avec eux, mais je vais laisser ce contexte là de coté pour aujourd'hui puisqu'il n'a pas d'intérêt relatif au sujet que je traite dans cet article.
Est ce que sur mon terrain, j'ai souvent été confrontée directement ou indirectement aux réseaux criminels ? Pour être tout à fait honnête, je dois dire que non, pas vraiment. "Rarement", "Très rarement" même, serait plus approprié.
Est ce que sur mon terrain, j'ai souvent été confrontée directement ou indirectement à des réseaux criminels de façon incertaine? Et bien là encore, je dirais qu'il m'est parfois arrivée d'avoir des soupçons plus ou moins forts, oui, mais pas outre mesure.
Maintenant, je ne peux évidemment jurer de rien, les prostitué(e)s sous le joug de réseaux criminels silençiant et cachant leur situation la plupart du temps pour des raisons qu'on commence à ne connaître que trop bien, (chantage sur ils/elles mêmes et leurs familles, peurs, confiscation de papiers, clandestinité, etc.) bien que dans le cadre de conversations entre ""collègues"", les langues se délient déjà un peu plus qu'avec les clients...

Alors sur quoi je me base pour affirmer mes propos?
Disons qu'en fait, avec le temps, l'expérience, les discussions avec d' autres putes, il devient possible de distinguer des "signes" plus ou moins évocateurs et/ou alarmants : Croise t-on les personnes dans les couloirs, la salle du petit dej, devant les machines à café? Le même (parfois groupe) de types passe(n)t ils très régulièrement dans certaines chambres/La même femme (souvent seule) passe t-elle très régulièrement dans certaines chambres? (=> ça c'est très mauvais, il s'agit de visites pour récupérer l'argent très rapidement afin d'éviter de laisser la personne en possession d'une somme suffisamment importante pour qu'elle puisse décider de tenter de fuir. Parfois aussi, ce sont des visites "d'autorité"...) Les clients défilent ils en quantité importante et dans un timing hyper serré, et ce tout au long de la journée et même pendant une bonne partie de la soirée? Est il possible de discuter avec les personnes? Si oui, assument elles leur activité? (Généralement, y'a pas de trop de mystère sur ce qu'on fout là, certains hôtels étant vraiment sur-occupés par les personnes prostitué(e)s, et de fait, la parole sur la question est relativement libérée) Y'a t-il un ou des mecs louches posté(s) H 24 devant l'hôtel, qui te regardent mal quand tu passes devant eux ? etc.
Certains "signes" peuvent parfois aussi se révéler trompeurs. Par exemple, au début, dès que je voyais un groupe de trois ou quatre personnes étrangères occuper des chambres à proximité les unes des autres, je me disais tout de suite "il y a un réseau là dessous" (Sherlock style). Pourtant, je dois bien avouer que la façon d'évoluer et de vivre des ces personnes n'indiquaient pas franchement cela. Et ce qu'elles disaient non plus. Car en fait, elles sont généralement assez abordables, parlent facilement -même si dans un anglais aussi approximatif que le mien-, et expliquent plutôt être venues d'elles mêmes pour un temps déterminé afin d'engendrer du capital sur lequel vivre ou avec lequel investir une fois rentrées chez elles.
Alors bon, bien sûr, "elle est pas macquée, elle me l'a dit", ça reste vraiment tarte à la crème, et quand je dis "la façon de vivre et les propos de ces personnes n'indiquent pas forcément cela", je parle bien sûr d'éléments un peu plus développés que les arguments marketing qu'on peut sortir à des clients ou qu'une déduction qu'on peut faire en trois minutes. Je parle d'éléments qu'on remarque, ou non justement, en vivant trois, quatre, sept jours minimum à proximité des gens, dans des hôtels avec des murs en papier à cigarettes qui laissent entendre tout un tas de trucs, où on prend le petit dej (ou non d'ailleurs) dans la même pièce, où on se croise dans les couloirs, où l'on voit parfois les personnes qui se connaissent se parler entre elles en laissent leur porte ouverte, etc etc.

Ce que je retiens des études des terrains que je ne connais pas empiriquement : Après, il y a donc les terrains que je ne connais pas empiriquement, c'est à dire les rues, les bois,les appartements/immeubles partagés en bordel, les salons de massage etc. Pour ces cas là, je ne peux que me tourner vers des études, des rapports, des témoignages...
Et là et bien, c'est le grand écart absolu, entre par exemple le rapport de Guy Geoffroy qui parle de 74% des personnes prostitué(e)s étrangères sous la coupe de réseaux criminels, et dans ce lien qui compile une foule d'études/de sources qui parlent de 9 à 10 fois moins : lien. (Attention, il y a quand même quelques articles pas mal WTF dans la liste).
Et puis évidemment, il y a les divers rapports/articles du STRASS. Celui ci par exemple est assez didactique : lien (J'avais lu cet article il y a de ça plusieurs mois, et à l'époque il m'avait fait pousser des hurlements offusqués, toute incapable de remettre en question les discours dominants sur la prostitution que j'étais. La culpabilisation ça marche bien aussi, puisque dès lors qu'on accepte de ne serait ce que prêter oreille à un autre son de cloche, on devient pro proxos pro esclavage sexuel etc)
Les forums de clients livrent quelques indices dans leurs revues, laissant parfois entendre que certaines des prostitué(e)s rencontré(e)s sont clairement contraintes par des réseaux criminels, mais en fait, leurs propos s'appuient rarement sur du solide. (Ce sont toujours des petits détails, pas de téléphone, ou alors un téléphone qui se met à sonner avec insistance à la fin du temps de rendez vous imparti, mais ça, ça peut tout autant être une stratégie utilisée par certain(e)s TDS pour pouvoir imposer la fin du temps de rencontre que le signe d'un proxo qui dirige les rendez-vous et fout la pression par exemple. D'autres fois les clients affirment clairement "c'est sur elle est macquée" -d'ailleurs ce n'est JAMAIS un argument pour laisser le fric, faire demi tour et appeler des secours- mais difficile de savoir sur quels éléments ils affirment ça. Certains s'estiment avec une prostitué(e)s victime de la traite dès lors qu'elle ne parle pas français et qu'elle possède une annonce standardisée, cela peut effectivement être un "signe" allant dans le sens d'une victime de la traite tout comme cela peut être le signe d'une stratégie groupée, enfin bref, c'est vraiment pas évident...)
La police fait également état d'observations où elle verrait clairement des tiers "tenir" des groupes de plusieurs personnes prostitué(e)s en rue ou dans les bois.
Certaines copines putes racontent parfois des choses qu'elles ont vu/vécu/entendu, mais pas souvent, un peu parce que ce n'est pas forcément évident à relater, et surtout parce que ce n'est pas de l'ordre de la routine non plus. D'ailleurs, ce qui ressort quand les copines en parlent, c'est qu'elles sont chamboulées d'avoir vu ou entendu des trucs parce que ce n'est pas courant.
Pour ma part, j'ai été à quelques reprises clairement confrontée à des réseaux criminels, dans le sens où je les ai vu et surtout entendu agir. Il m'est également arrivée deux fois d'être menacée par ces types qui traînent devant les hôtels, grosso modo, on m'a clairement fait comprendre que j'avais intérêt à dégager de là parce que j'étais pas sur mon "territoire", et une autre fois, on m'a menacée de me balancer à la réception si je me cassais pas vite fait. (La même chose est arrivée à deux de mes copines, dont l'une a d'ailleurs résisté à l'injonction, et s'est ainsi faite dégager de sa chambre une heure plus tard. Des éléments qui laissent clairement entendre qu'il y a des arrangements entre hôteliers et proxos... Enfin de là à dire que c'est quelque chose de volontaire de la part des hôteliers, je ne sais pas. Je pense que certains d'entre eux se retrouvent complètement dépassés par la situation...)
Il y a aussi une fois où j'ai été tellement glacée par ce que j'entendais/voyais dans l'hôtel que j'ai fini par appeler les flics. C'était terrible. Je ne savais vraiment pas quoi faire, j'avais l'impression de devoir faire quelque chose absolument, tout en sachant très bien que les réponses de la police sont souvent entre zéro et aggravantes. Je ne saurais jamais si mon appel aura eu des effets néfastes, ou le contraire.

Ce que je retire de tout ça au final, après avoir croisé tout ce que j'ai à croiser : Ces "histoires" glacent le sang et hantent l'esprit, elles sont des électrochocs, de véritables questionnements éthiques et individuels (sérieusement, je vous assure que quand on se retrouve assurément et concrètement juste à coté d'une organisation d'esclaves sexuel(le)s, bah déjà ça fout la trouille, mais en plus, on sait vraiment, mais vraiment, pas quoi faire), et surtout, d'insupportables témoignages de la pérennité de l'esclavagisme, mais je le dis, sans que ça ne nie d'aucune façon la gravité extrême des faits (et surtout l'urgence de proposer des choses pour AGIR face à eux), au sein de MON expérience, ça a été plutôt rare. Plutôt rare genre j'ai quatre "épisodes" où clairement, l'existence de réseaux criminels était avérée et indéniable. Une petite dizaine où j'ai eu de forts soupçons. Sur donc, je ne sais pas exactement combien de présences sur des lieux de prostitution fréquentés (parfois je travail en appartement ou en hôtels non connus pour la pross), je dirais plus ou moins deux cents. (sous forme d'épisodes de plusieurs jours donc)
Donc, entre les études, les rapports, les histoires de copines et mon vécu, moi, personnellement, j'aurais plutôt tendance à pencher vers... Hum, je ne sais pas, disons quelque chose de l'ordre de 20 à 30% de prostitution contrainte, d'esclavage sexuel donc, par des réseaux criminels. Peut être un peu moins.
Mais bon je souligne une fois encore au cas où ce serait pas clair que ce n'est que mon point de vue après croisement de tout ce que j'ai à croiser à l'heure actuelle.
Et que je parle pour le cas de la France.

Et finalement, j'aimerais en arriver au fait qu'étudier la traite et les réseaux criminels, c'est se voir confirmer des réalités absolument terribles, mais aussi en découvrir d'autres qu'on attendait pas forcément.
Les méthodes de "recrutement" des réseaux selon leurs origines géographiques, dont les détails sont à la limite du supportable et de l'imaginable, les méthodes de maintien des victimes, à la fois en activité, et à la fois au sein du réseau même, mais aussi la très forte présence d'enfants parmi elles sont hélas des faits qui se confirment. Le niveau inouïe des violences subies aussi.
Mais, d'autres réalités qui ne sont pourtant jamais vraiment creusées en profondeur se dessinent.
Les victimes de réseaux criminels seraient en fait beaucoup moins nombreuses qu'on ne le dit. Bon.
Pour autant, est ce que cela signifie que tout va bien sous le soleil? Pouvons nous considérer que la prostitution est problématique uniquement lorsqu'elle est en fait un esclavage sexuel? Certainement pas non.
Il apparaît très clairement que les misères et tensions politiques/sociales du Sud et de certaines zones du Nord conduisent une partie de leurs populations à chercher à se réfugier, entre autre en France donc.
Le droit de libre circulation n'étant aucunement un droit pour tous dans le monde, ces personnes sont pour la plupart contraintes de passer les frontières clandestinement. Ceci représente pour elles un coût colossal (=> auprès d'un passeur) (en fait, pour "nous" aussi, dans la mesure où les moyens déployés pour maintenir les frontières fermées représentent plus que les moyens qu'il faudrait développer pour permettre aux migrants de "s'intégrer", MAIS BON, c'est un autre sujet...), qu'elles choisissent souvent de financer via la prostitution en raison des revenus rapides qu'elle peut engendrer, ainsi que du fait qu'il ne soit pas obligatoire de détenir des papier en règles pour la pratiquer, etc. etc.

On ne peut donc pas vraiment considérer qu'elles sont entre les griffes d'un réseau criminel qui les réduit en esclavage sexuel : ces personnes font le "choix" de la prostitution pour rembourser leurs passeurs, parce que les revenus sont rapides, qu'ils peuvent être importants, qu'ils sont en cash (donc pas besoin de compte en banque), qu'ils semblent moins humiliants et difficiles à obtenir que dans d'autres jobs au noir pour certain(e)s,etc.
Un des autres cas courants qui de dessine, c'est la démarche de venir en France pour quelques mois afin de faire le plus d'argent possible pour pouvoir ensuite rentrer dans le pays d'origine et y mener à bien un projet, ou juste en fait, pouvoir y survivre un moment sur les réserves. "L'avantage" de la démarche migratoire ici, c'est le différentiel de niveau de vie : Se prostituer en France plutôt qu'en Bulgarie par exemple, peut permettre d'engendrer beaucoup plus d'argent à temps de travail (ou nombre de clients) équivalent.
Tous ces faits pointent évidemment le problème des misères, taux de chômage, maintien des salaires vers le bas à des fins d'exploitation par les multinationales,niveaux de vie, ainsi que que des systèmes de dominations divers (racisme, xénophobie et sexisme et leurs politiques sécuritaires et/ou centrées sur les privilégiés en première ligne) qui se font obstacle dans les moyens à disposition des personnes pour pouvoir survivre. Globalement, on pourrait résumer cela aux dérives des systèmes capitalo-libéraux couplées à la mondialisation.
Ainsi donc, étudier la traite et les réseaux criminels finit par faire ressortir cette terrible réalité : La misère, la pauvreté, les systèmes de domination et le capitalo-libéralisme n'ont pas spécialement besoin de l'aide d'organisations criminelles tentaculaires pour faire entrer les gens en prostitution, ils se débrouillent très bien sans cela. 

En validant et diffusant ce "mythe" des 80%, les abolitionnistes monopolisent débats et moyens autour d'une seule problématique, et deviennent à ce titre non seulement contre productifs, mais en plus, complètement excluants et invisibilisants.
Ils laissent entendre que le pilier le plus important du problème viendrait de l'existence d'une bande d'odieux criminels aux dents longues, là où les Etats du Nord et leurs politiques économiques et migratoires sont en fait la base de ce qui rend l'existence de ces organisations possible.
Ils décrivent un "système prstitueur" (sic) alors que c'est inutile de spécifier la chose : Le "système prostitueur", c'est le système capitalo-libéral, sa réduction toujours plus drastique des systèmes de supports, sa façon de faire croire aux populations du Nord qu'elles sont riches alors que simplement, elles payent leurs biens moins chers qu'à une autre époque, et pour cause, ces biens sont fabriqués par des esclaves dans des matières pillées, volées ou acquises à des prix dérisoires au profit d'une misère installée par lui même.
Le "système prostitueur", c'est le patriarcat qui veut à la fois s'assurer de garder un droit inaliénable à baiser quand, comme et où il veut, mais aussi celui qui n'accepte pas que face à son oppression, les femmes élaborent des stratégies pour tenter de s'y adapter et de survivre un minimum selon LEURS termes. A ce titre, présenter l'abolitionnisme comme le courant qui aurait le monopole de la lutte antipatriarcale est une supercherie. Le patriarcat peut aussi bien se trouver d'un coté comme de l'autre selon les desseins qu'il nourrit. 
J'ajoute que souvent, "l'argument" des 80% se couple avec des envolées lyriques offusquées et des accusations de se foutre/de cautionner l'esclavage sexuel. Alors que ce que veulent celles et ceux qui mettent en perspective l'aspect erroné de cette donnée cherchent principalement à permettre une meilleure et réelle appréhension des problématiques globales autour de la prostitution, afin d'élaborer des solutions vraiment adaptées. En particulier, il est question de promouvoir une action principalement dirigée contre les causes, et non contre les effets.
Et ce sont finalement ceux qui décrivent LES prostitutions, et non LA prostitution, ceux qui souhaitent que l'on parle d'une part de l'esclavage sexuel, qui est un problème particulier, et d'une autre de la prostitution, qui est un autre problème particulier, qui tentent de donner le plus de visibilité possible aux diverses situations qui peuvent couramment exister. L'esclavage sexuel organisé par des réseaux criminels, mais aussi les "macs" individuels que peuvent parfois être les partenaires de vie (ce qui est totalement différent d'un réseaux criminel, et ce contre quoi on lutte donc tout à fait autrement), la prostitution comme choix motivé par des facteurs-contraintes liés à la clandestinité/l'attente de papiers/le règlement d'une dette, la prostitution comme palliatif au chômage/à l'accès au crédit/à la baisse ou suppression des bourses étudiantes, la prostitution par choix éclairé, parce qu'on aime ça, la prostitution comme démarche autodestructrice, la prostitution pour se réapproprier son corps/comme mesure d'empowerment, etc etc etc.
Et c'est cette visibilité donnée à la pluralité des situations qui permettra de sortir de cette idée ultra répandue dans l'opinion générale "pute en réseau = pas bien" vs "pute libre = laissez les tranquille, elles font ça par choix!", car nul ne sauraient continuer de considérer qu'il suffit qu'une pratique de la prostitution ne soit pas assimilable à un esclavage entretenu par un ou des tiers pour être problématique, de la même façon que nul ne saurait continuer de faire des prescriptions universelles sur le sujet. Et enfin, nul ne saurait continuer de croire qu'il y a besoin d'un argument massue mais mensonger pour mobiliser l'attention.

Une précision utile pour finir : Un des arguments abolitionnistes le plus couramment utilisé, c'est le cas "Ulla". Ulla était représentante d'un courant de défense des droits des putes dans les années 70 et se revendiquait libre, avant de demander quelques années plus tard "Comment avez vous pu me croire".
Ce cas instrumentalisé à foison pour créditer le mythe des 80% pose un léger problème d'honnêteté...
En effet, Ulla n'était pas libre. Mais cela dit, Ulla n'était pas aux mains d'une organisation criminelle. Son maquereau, c'était son mari. 
Et il ne m' fallu que dix minutes de lecture sur le sujet pour le savoir...

_ La foire aux amalgames

Un gros morceau qui pose réellement problème dans l'idéologie abolitionniste : l'amalgame entre prostitution et esclavage sexuel.
Cet amalgame est d'une telle ampleur qu'il a juste totalement investit le champs du langage, que celui ci soit institutionnel, médiatique ou populaire (à prendre au sens propre), ce qui souligne d'ailleurs une fois encore la position dominante des abolitionnistes au sein des débats, réflexions, etc.
Je pense développer plus en détail les raisons pour lesquelles cet amalgame pose problèmes dans un autre article, car il y a beaucoup de choses à dire.
Rapidement cela dit, voici quelques pistes :

_ Une chose déjà : Personnellement, ça me gène vraiment beaucoup que l'on considère que ma situation soit à prendre au même niveau que la situation d'une esclave sexuelle. Certes, il y a divers facteurs-contraintes qui ont favorisé mon entrée en prostitution, mais cela n'est en aucun cas comparable au fait d'être forcée par un ou des tiers qui me menacent et me torturent pour me maintenir sous leur domination.  Par ailleurs, je touche de l'argent pour mon travail, un argent que je peux utiliser comme je le souhaite par la suite, qui est pour MOI, avec lequel je peux financer une certaine autonomie, etc. Ce qui n'est aucunement le cas des personnes en esclavage, qui elles, enrichissent leurs exploiteurs, en plus de ne toucher aucune forme de dédommagement.

_ Là où cette confusion pose le plus gros problème à mon avis, c'est dans l'invisibilité de la diversité des problématiques et situations liées à la prostitution. (Cf ce que je développais déjà un petit peu plus haut) Cela engendre que certains pans qui nécessiteraient de se voir octroyer des moyens se retrouvent totalement abandonnés non seulement du débat, mais aussi d'une véritable organisation et volonté politique.
Il est évident que l'aide à apporter aux esclaves sexuelles n'est pas la même que celle qu'il faut apporter aux travailleu(r)ses du sexe qui sont entré(e)s dans le job par "choix".
Et au sein de ces deux grandes catégories, là encore, les situations et moyens à déployer sont multiples :
_ Un(e) esclave sexuel(le) victime d'un réseau criminel rencontre des problèmes différents d'un(e) esclave sexuel(le) victime d'un tiers individuel,étant le plus souvent sa ou son conjoint(e). Et les cas sont différents selon que la personne concernée soit Française ou étrangère, hors UE ou non...
_ Une personne entrée en prostitution par choix, ou plutôt par manque de choix, aura besoin de dispositifs et de services différents d'une personne entrée en prostitution par choix réel. Dans tous les cas, ces personnes ont besoin de dispositions relatives à leurs conditions de travail et leur protection sociale. C'est fondamental, quoiqu'il arrive. Ensuite, évidemment, il faut déployer des moyens pour endiguer les causes qui sous tendent l'entrée en prostitution des personnes qui ont fait ce choix par défaut. Et quoiqu'il advienne, il faut favoriser une pratique à risques réduits au maximum.
_ D'autres dispositions encore sont nécessaires à mettre en place pour les personnes qui entrent en prostitution à cause d'un désarroi psychologique ou d'un/de traumatisme(s), sachant que cette situation peut se cumuler avec les problèmes de précarité/pauvreté, de clandestinité, etc.

_ Enfin, d'un point de vue idéologique, l'amalgame entre "prostitution" et "esclavage sexuel" parasite et sclérose débats et revendications diverses en permettant aux abolitionnistes d'opposer tout et surtout n'importe quoi à quiconque ne les soutient pas. Ainsi, des travailleu(r)ses du sexe revendiquant des positions relatives à leurs droits et leur décriminalisation se retrouvent ils taxés de défendre l'esclavage sexuel et d'être complices des réseaux criminels (quand ce n'est pas carrément acteurs...). Dans le genre silenciation, ça se pose là. (ça marche aussi sans que les revendications ne soient tenues par des TDS)
En entretenant la confusion, certains discours deviennent inaudibles de facto, et puis surtout, on tourne inlassablement en rond puisque n'importe quelle problématique se retrouve sans arrêt déviée et confisquée.
On retrouve ce problème entre autre avec le débat sur la réglementation des stupéfiants ou encore sur l'avortement (par exemple), où les partisans de la décriminalisation se retrouvent taxés de soutenir le meurtre (pour le cas de l'IVG), les trafiquants et le terrorisme (pour le cas des stupéfiants), d'être des ultra libéraux qui veulent réduire les gens à de la chair à plaisirs de riches...

_ Un militantisme et des fondements idéologiques très défavorables aux putes...

Pour commencer, dois-je rappeler les faits déplorables que j'ai dénoncé dans cet article?
Depuis sa sortie, ça n'a pas chômé, voici entre autre deux faits d'armes particulièrement savoureux :
Ici un abolitionniste assumé et validé par les principaux représentants du courant me traite tranquillement de junkie et s'étale dans la toxicophobie et le classisme... Merci mais en fait, je pense que les putes -qui sont assez largement concernées par ces deux oppressions- se passeront largement de son engagement...
Ici une avocate abolitionniste largement crédité et médiatisé reproche à une pute de racoler. Comprenez, cette dernière a posté des photos de sa nouvelle ville dans sa TL Twitter en ajoutant "J'espère que ça vous donnera envie de passer me voir!" Un racolage éhonté donc, car c'est bien connu, les putes n'ont pas d'amis et ne s'expriment publiquement que pour racoler d'éventuels clients!
Au fait, les abolitionnistes rappellent toujours avec énergie qu'ils luttent pour l'abrogation du racolage public depuis trente ans (Ben dis donc, ça a super bien marché!). Du coup je me demande : si jamais Morgane avait bel et bien était en train de racoler, pourquoi cela aurait-il posé un problème?

On a pu le voir récemment avec le dossier polémique du magazine "Causette", ou encore avec la ridicule campagne manifpourtousesque du collectif "Abolition 2012" (cf Osez le féminisme), l'abolitionnisme est friand des formules "choc" (enfin plutôt pétard mouillé en l'occurrence) censées déclencher la culpabilité et/ou la peur chez qui prête attention à ses propos pour finalement obtenir l'adhésion. Un procédé pour le moins critiquable, dont il n'a cela dit pas le monopole (Divers courants militants cèdent régulièrement à cette dérive facile.) et qui se trouve essentiellement problématique à cause des stigmates putophobes et autres humiliations faites aux putes qu'il entretient.
Ainsi les abolitionnistes se voient dépeindre des portrait de putes toujours plus trash, et tant pis si ça les humilient au passage : Stigmatiser, blesser, humilier et entretenir les caricatures à leur égard semble alors se poser comme un simple dommage collatéral, un passage obligé pour pouvoir atteindre une finalité : provoquer et choquer toujours plus fort pour ensuite pouvoir se poser comme solution messianique.
On touche également ici et une fois encore à l'un des aspects problématique de l'amalgame entre prostitution et esclavage sexuel.
Réduite à un fruit troué avec des plaques de sperme sur les dents, la prostituée made in abolo fait quatre vingt passes par jours, dont une partie avec des animaux, et se passe le vagin à l'eau de javel régulièrement. Elle ne pose aucune conditions parce que les putes c'est comme ça, on lui a toujours dit, ça se doit de tout accepter sans sourciller. Et autres variantes toutes plus sordides les unes que les autres.

Alors je vais le préciser tout de suite car, amalgames ayant largement envahit le champs du langage obligent, il faut sans cesse faire toutes sortes de précisions et de parenthèses lorsqu'on s'exprime au sujet du travail du sexe et de l'esclavage sexuel : Je ne nie absolument pas certains des faits décrits par ces "portraits types" que l'on peut lire et entendre sur divers supports abolitionnistes. (Sites internet, blogs, interventions audiovisuelles, articles et tribunes web, livres, etc etc.) Fort malheureusement, ils s'inscrivent dans une certaine réalité, comme on peut le lire dans ce texte  (par contre, attention, il est vraiment très très dur, gros trigger) par exemple.
Mais une fois encore, il n'est pas ici question de prostitution mais d'esclavage sexuel. Ce dossier est beaucoup trop grave pour souffrir d'amalgames et d'instrumentalisations. Il mérite une visibilité et une information claire, précise et adaptée. Et surtout, une mobilisation de moyens spécifiques de toute urgence. Mais bref, ça c'est un autre problème.

Aussi, je suis vraiment dérangée par la façon qu'ont les abolitionnistes de balancer en pâture les histoires de ces personnes sans la moindre pudeur. "Nous cherchons à choquer pour faire prendre conscience!", "La prostitution EST violente et nous devons le dire sans fards!", se justifient les principaux représentant(e)s du courant.
Certes, l'esclavage sexuel recouvre des réalités terribles qui méritent pleinement d'être dépeintes et visibilisées, mais cela peut se faire sans aller toujours plus loin dans la surenchère du sordide, et surtout sans arracher aux victimes l'histoire qui leur appartient.
Quand je lis par exemple certains représentant(e)s abolitionnistes répondre à des commentaires sur des sites d'infos en accumulant foule de détails ignobles pour porter le discrédit sur leurs éventuels contradicteurs, je ne sais pas vraiment expliquer pourquoi, mais ça me met foutralement mal à l'aise. L'impression d'une appropriation déplacée, d'un déballage qui n'est pas nécessaire, et surtout d'une utilisation de la lourde histoire de vraies personnes qui ne souscriraient peut être pas au fait de voir ainsi des détails de leurs confidences réutilisés à des fins politiques et idéologiques. (Pour être très régulièrement utilisée et instrumentalisée à ces fins, je peux dire que je sais vraiment de quoi je parle, mais en tant que prostituée, pas en tant qu'esclave sexuelle...)
Après, je le dis et le redis, ceci est mon ressentit personnel, je n'ai ni la possibilité ni la légitimité d'exprimer ce que ressentent les (ex) esclaves sexuel(le)s à propos de tout ça.

Du coté des travailleu(r)ses du sexe, la généralisation de ces portraits est problématique car elle ne correspond pas à nos réalités, aussi plurielles soient elles.
Il nous est alors essentiel de pouvoir poser les bases qui sont les nôtres afin de faire état de nos véritables revendications. A commencer par exemple par la nécessité d'avoir des droits pour pouvoir imposer nos conditions aux clients toujours plus surement. Un principe que les abolitionnistes dénient de façon quasi systématique en entretenant l'idée de la personne prostitué(e) qui devient une sorte de "jouet" une fois la transaction enclenchée.
Problématique aussi, l'entretien du stigma putophobe : Avec les portraits abolitionnistes, l'idée de la personne prostitué(e) qui ne "se respecte pas" et "vend son âme/sa dignité" se garantie de beaux jours devant elle.                                                                                                               A ces remarques, les abolitionnistes nous répondent que nous ne sommes pas des "vraies" putes, que nous sommes indécent(e)s de revendiquer des choses car faisant partie de la frange putes de luxe qui gagne 3000 euros par mois, que nous mentons pour défendre notre gagne pain, quand ils ne nous accusent pas carrément de truster la parole des esclaves sexuels et/ou de promouvoir et justifier l' exploitation sexuelle de milliers d'enfants, de femmes et d'hommes.    
Une situation pour le moins grotesque, où amalgames associés à la volonté d'instrumentaliser les histoires et vécus des personnes à des fins promotionnelles finissent par mettre esclaves et travailleu(r)ses dos à dos, alors qu'ils partagent pourtant bon nombre d'intérêts communs, à savoir : Lutte contre le capitalo-libéralisme, lutte contre TOUS les systèmes de dominations et la culture du viol, lutte pour un revenu universel et un vrai partage des ressources et richesses, lutte contre la criminalistion des usagers de stupéfiants, lutte contre l'esclavage, etc etc etc.
Enfin, ce document traduit par le STRASS relate vraiment très bien en quoi il est très problématique pour les TDS de devoir revendiquer un statut de victime pour pouvoir accéder à divers services d'aide à l'accès aux soins et la réduction des risques : Abolitionnisme violence faites aux femmes Et ça, c'est vraiment une chose que je peux largement créditer de mon point de vue. Car aucune, je dis bien aucune, des mes copines pute (et je dois bien en avoir une petite centaine) ne se sentirait suffisamment légitime pour solliciter l'aide d'une association à l'heure qu'il est. C'est quand même un peu ballot, car c'est à elles que sont confiées les programmes d'aide à la sortie de la prostitution. (programmes qui mériterait qu'on revienne en détail dessus dans un autre article tant il y a à dire sur le sujet...)

Que les choses soient claires : Il n'est aucunement question de banaliser le travail du sexe et son recours, encore moins d'en faire un portrait glamour et idyllique.
Seulement, nous ne vivons pas dans le monde merveilleux de Walt Disney : Notre monde est libéral, nos systèmes de supports sociaux s'amaigrissent d'années en années, et nous avons tous besoin de nous loger, de manger, de nous habiller, etc.
A partir de ça, nous faisons tous ce que nous pouvons pour nous adapter aux diverses oppressions qui nous touchent.
Avant hier, le mari d'une avocate abolitionniste très médiatisé déclarait à Morgane Merteuil qu'elle avait une vie "misérable", le cul vissé bien au chaud dans ses revenus confortable et sa position sociale privilégiée.
Ce sont des personnes comme ça qui décident de ce qu'on doit blâmer ou non, autoriser ou non, comme forme d'adaptation à des oppressions qui non seulement ne les concernent pas, mais dont ils sont en plus des acteurs clés. Et ce n'est pas acceptable.
Parce que c'est bien beau les postures morales, mais en attendant ça ne remplit pas le frigo.
Et je doute fortement que demain, une association abolitionniste prenne en charge mon loyer et mes courses pendant un temps indéterminé, genre jusqu'à ce que j'arrive à me faire une situation non précaire. Autant dire par les temps qui courent, dans un pays où on peut enchaîner des contrats d'intérim pendant dix ans dans la plus pure illégalité sans être inquiété, que ça peut durer perpette.
Moi aussi j'attends le grand jour où le patriarcat et le capitalo-lbéralisme s'écrouleront. Et j'agis autant que possible en ce sens.
Mais d'ici à ce que ce grand jour arrive, il faut bien que je trouve un moyen d'avancer et de survivre. Moi et bien d'autres, c'est entendu.

A ce titre, on ne peut que s'interroger en constatant ce dans quoi l'abolitionnisme déploie du temps et des moyens.
"Le danger vient toujours du client, et à ce titre, éloigner les clients c'est éloigner le danger", nous disait dernièrement Christine Le Doaré.
Or, non seulement le danger ne vient pas d'une seule source (ce serait bien trop simple), mais dans la mesure où effectivement, le client représente un danger, il faudrait lutter bec et ongles non pas pour qu'il ne se présente plus à nous, mais pour nous n'ayons plus à nous proposer à lui! Et ce de façon réaliste quoi, parce que bon, quand on lit dans le projet de loi que pour aider les putes à sortir de la prostitution, on leur propose le RSA (enfin ça c'est pour celles qui ont la bonne idée d'être Française de + de 25 ans,en fait on ne propose rien de particulier aux putes, preuve que leur statut de victime ne leur sert strictement à RIEN, et ça ça ne va pas changer avec la nouvelle loi, mais sinon pour les étrangères en situation irrégulière, c'est une allocation d'attente d'à peu près 300 euros/mois et un titre de séjour de six mois conditionné par le don d'informations exploitables pour condamner un proxénète... dommage, il y a plein de putes étrangères en situation irrégulière qui n'ont PAS de proxénète, et celles qui en ont un voient souvent leur famille être menacée d'être découpée en morceaux si elles parlent, alors bon... Breeeeef) pardon mais j'ai envie de m'écrouler par terre de rire. Le RSA ce n'est même pas le seuil de pauvreté divisé par deux...
Quand une ex actrice porno par en guerre contre l'industrie pornographique, elle le fait entre autre parce que "personne ne veut sortir avec une actrice porno, une strip teaseuse ou une escorte". Mais alors pourquoi ne pas lutter contre ces stigmates plutôt que de laisser entendre qu'ils sont justifiés? Pourquoi lutter contre "la pornographie" plutôt que de lutter pour donner des droits aux travailleurs et des conditions de travail décentes aux concerné(e)s?
D'une façon générale en fait, pourquoi lutter contre les effets et non contre les causes?

Et bien voici précisément le mécanisme que je condamne le plus dans le discours abolitionniste. Un discours qui finalement, n'est pas centré sur les putes elles mêmes, justifiant les stigmates à leur encontre et discréditant toute une partie d'entre elles, un discours qui ne comprend pas les zones grises auxquelles sont confrontées les opprimés de ce monde, un discours qui devient finalement une source d'oppression qui s'accumule avec les difficultés du travail sexuel, comme si c'était déjà pas assez.
Et pour porter ce discours, un militantisme qui se veut donc dangereux et méprisant

*******************************************************
En vérité, j'aurais encore beaucoup à dire, mais je pense que j'ai déjà perdu beaucoup de monde en route devant la longueur de cet article.
Je m'arrête donc à ces principales critiques, que j'étofferais sûrement points par points dans d'autres articles.

Il était également très important pour moi de clarifier le pourquoi du comment de l'évolution de mon positionnement. En effet, depuis plusieurs semaines que j'ai clairement exprimé mon opposition à l'abolitionnisme, je vois fleurir ça et là, dans des commentaires Facebook, des conversations Twitter (dans lesquelles je ne suis évidemment pas mentionnée), des forums, des commentaires de blogs, etc etc. des propos du genre "Holala la pauvre, elle est carrément en grosse rechute", "elle est en plein déni", "Nan mais c'est pas possible, elle s'est fait manipulée", "Elle veut défendre son gagne pain à tous prix alors elle ment", "Elle retourne sa veste pour gagner du galon", etc etc.
Sachez qu'à ce jour, militer en tant pute ne m'a valu des menaces (et passage à l'acte des dites menaces) et des problèmes que de la part des abolitionnistes, et ce à l'époque où je n'avais encore aucune position clarifiée d'ailleurs. (Ne pas adhérer corps et âme à l'ensemble de leurs positions et m'opposer frontalement à leurs principaux représentant(e)s aura largement suffit...)

Si je résume, une représentante abolitionniste me crache sa haine puto-toxicophobe à la gueule et opère des menaces à mon encontre depuis des mois, menaces qu'elle mettra finalement à exécution sans se soucier d'un pouce des dangers réels et concrets qu'elle fait peser sur moi dans l'exercice de mon activité prostitutionnelle. Devant ces faits, tou(te)s les représentant(e)s abolitionnistes connu(e)s lui disent leur soutien. (Bravo l'engagement dans la cause des putes en tous cas)
Dans le même temps, représentant(e)s et militant(e)s prohibo-abolitionnistes se réjouissent et crient victoire au sujet du prochain passage de la pénalisation des clients, loi que je n'ai jamais approuvé. 
Des campagnes ridicules, mensongères, contre productives et parfois même dangereuses voient le jour et sont largement soutenues. D'autres débordements (insultes, piège, mépris etc.) à l'encontre de putes voient le jour quotidiennement.
Un dossier ignoble clairement abolitionniste sort dans "Causette" et obtient le soutien massif des associations féministes dominantes et des principaux représentant(e)s abolitionnistes.
Donc, tout ça arrive, mais mon "retournement de veste" (Oui parce que je "retourne ma veste" même si avant je n'en portais aucune...) vient forcément du fait que je suis 1/ malade mentale en rechute 2/manipulée 3/en quête de visibilité et de notoriété.
L'idée que je sois légèrement refroidie par l'attitude et les méthodes des représentant(e)s du courant et que juste, l'abolitionnisme, après étude approfondie, ne m'a pas séduit car il est construit par et sur de nombreux arguments critiquables, n'a en tous cas pas l'air envisageable. 
Tout ce que j'ai à en dire///source : Egalitariste Tumblr

Alors une fois pour toutes : Non, je ne suis pas en "terrible rechute" ni même en "plein déni". Je soutiens toujours que la prostitution est souvent dangereuse et violente, que c'est un boulot que je trouve dégueulasse et traumatisant, à titre personnel, et que je n'ai aucunement envie qu'on le valide comme une solution normale et acceptable face à l'extension de la précarité, de la pauvreté, de la misère ou encore de la violence et des difficultés du travail traditionnel. Je souhaite vraiment que l'on garde en tête que dans l'immense majorité des cas, la prostitution est une adaptation à une ou des oppressions, ce qui rend ces dernières plus que jamais urgentes à combattre.
Cela ne m'empêche pas d'être directement connectée au monde réel et à ses emmerdements, et d'ainsi savoir que des solutions ne vont pas soudainement tomber du ciel pour s'offrir à nous. D'ici à ce qu'arrive le grand jour sublime de la chute du capitalo-libéralisme, des systèmes de dominations et du patriarcat, j'ai donc cette idée folle de faire en sorte que le recours à la prostitution soit le moins pire possible pour celles et ceux qui décident de l'emprunter.
Parce que voyez vous, j'ai du mal à imaginer que demain, la France va ordonner une régularisation immédiate de tous les sans papiers. J'ai du mal à imaginer qu'elle va effacer les dettes de toutes les personnes qui se prostituent suite à l'écroulement de leur entreprise qui aura laissé une belle ardoise. J'ai du mal à croire qu'elle effacera les dettes de toutes les personnes qui se prostituent pour rembourser des années de galère, et donc de fraude dans les transports en commun, d'ouverture de crédits à la consommation à des taux de dingue, de paiements des courses vitales avec des chèques en bois. J'ai du mal à croire qu'elle va prendre en charge les loyers, les courses et les soins de toutes les personnes qui font tourner leur vie comme ça. J'ai du mal à croire qu'elle va s'asseoir sur l'argent des amendes pour racolage, exhib ou obstruction de la voie publique -par exemple- données aux putes, qui doivent bien bosser d'une façon ou d'une autre pour les payer. J'ai du mal à croire que l' Etat va financer non pas la survie mais la vie de toutes les personnes entrées en prostitution pour s'extraire de leur condition d'ultra pauvre ayant l'outrecuidance de vouloir faire des trucs dans la vie. Bref, je continue ou...?
Attention hein, je ne dis pas que je n'aimerais pas. Mais juste, j'y crois pas. Peut être que j'ai tort, franchement j'aimerais bien.
En attendant, y'a pas de travail pour tout le monde, et encore moins de travail intéressant, avec des conditions décentes et un rapport avec les capacités et la formation de chacun.
A défaut d'avoir les moyens de s'arracher une vie sans violences du tout, on aimerait quand même bien pouvoir avoir le choix de la violence à laquelle on s'adapte le mieux. Une revendication absurde s'il en est, mais à l'heure qu'il est, c'est ça la vie quand on est opprimé, une logique du moins pire faute de pouvoir accéder à une logique du vraiment bien. Ca n'empêche pas qu'on travaille à y accéder. Mais d'ici à ce que ça arrive, faut bien qu'on trouve des moyens de subsister.

Finalement c'est un peu la même histoire que ces gens qui affirment que si l'on commence à accepter de loger des sans abris dans des contenaires aménagés (comme ça a été fait par exemple en Hollande) ou dans des logements de moins de neuf mètres carré, alors cela voudra dire que l'on a abdiqué et que l'on se met à normaliser l'inacceptable. Et également, que cela pousserait les politiques à se laver les mains du problème, arguant que c'est bon, y'a qu'à entasser les gens dans des placards et puis c'est marre.
Dans l'absolu je suis d'accord, mais de façon très concrète là, on a aujourd'hui des gens qui crèvent dehors (et pas forcément que du froid, les sans abris qui meurent/tombent malades/se font agresser, c'est toute l'année...), et qui franchement, se verraient bien arrangés et sécurisés de pouvoir accéder à un petit endroit personnel dans lequel ils pourraient ne serait ce que dormir à l'abri, garder des biens, se laver/s'habiller/aller aux toilettes, etc etc. ce bien sûr de façon transitoire jusqu'à l' accès à une situation stable et acceptable sur le long terme.
Quant aux politiques, ils se lavent déjà bien les mains du problème (plus de 14% de logements vides à Paris, ça vous dit quelque chose?) maintenant que les gens crèvent et souffrent littéralement à coté d'eux.
Le problème des sans abris et des mal logés est un problème qui pourrait largement se résoudre si il y avait une véritable volonté politique derrière. Nos politiques font des choix, ils préfèrent engraisser des banques et mobiliser des moyens policiers pour traquer les gens qui font la manche ou le trottoir plutôt que de saisir les logements vides, mettre en place un revenu universel et établir un véritable partage des richesses. Gardons bien ça en tête lorsqu'ils nous racontent qu'ils font tout leur possible pour répondre aux problématiques sociales mais que, comprenez, la crise blablabla, fatalité blabla, etc etc.
Par ailleurs je m'étonne toujours de cet argument "si on commence à accepter X alors c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres". Nous ne sommes pas profondément idiots, nous sommes capables de comprendre que notre système est très loin de répondre aux besoin de tout le monde de façon décente et qu'il y a une frange de la population qui a besoin de dispositifs et de réponses d'urgence. Cela n'empêche aucunement par ailleurs de poser des bases morales par d'autres biais.
Le refuser sous prétexte que cela "cautionnerait" et "normaliserait" certaines choses, c'est accepter de mettre un mouchoir sur diverses réalités pour garder la morale sauve. C'est bien joli (enfin non en fait), ça fait de beaux discours engagés, de belles punchlines enflammées, mais en attendant, ça ne peut qu'être excluant et invisibilisant pour les personnes concernées.